| ENGLISH |

Requin blanc

Carcharodon carcharias

requin blanc, grand requin blanc, white shark (Angl.), great white shark (Angl.), white pointer (Angl.), white death (Angl.)

INTRODUCTION

Le requin blanc est le requin le plus connu et le plus craint au monde. Toutefois, il me mérite pas sa mauvaise réputation émanant de films tel « Les dents de la mer » ainsi que de reportages sensationnels. Ce requin est néanmoins considéré hautement dangereux sous certaines conditions.

 

Peu de Canadiens savent que le requin blanc fréquente les côtes est et ouest du pays, et même le Saint-Laurent. D'ailleurs, la majorité des observations du requin blanc au Canada ont eu lieu sur la côte est.

 

Dans l'Atlantique Nord, le requin blanc est présent dans les eaux de toutes les provinces maritimes et du Québec. Quoique la majorité des observations ont lieu dans la baie de Fundy (Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse), le requin blanc a aussi été rapporté à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve, et dans le Saint-Laurent, non loin de Les Escoumins, un site populaire pour la plongée sous-marine au Québec.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : Le 26 février 2016

VIDÉO : Requin blanc filmé à Cape Cod par le Massachusetts Division of Marine Fisheries and Atlantic White Shark Conservancy en 2015.

NOMS

Nom scientifique : Carcharodon carcharias* (Linnaeus, 1758)

*requin aux dents aiguisées : Carcharodon vient des mots grecs "karcharos" qui signifie "aiguisé", et "odous" qui signifie "dents".

 

Noms communs : Requin blanc, grand requin blanc, white shark (angl.), great white shark (angl.), white pointer (angl.), white death (angl.),

 

AUTEUR : Jeffrey GallantDERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

TAILLE ET DESCRIPTION

Longueur maximale : Jusqu'à 7,1 m (23')

Longueur moyenne : 4,5 m (14')

Poids: Jusqu'à 2,300 kg (5,070 lbs)

 

Le requin blanc est le plus grand poisson carnivore au monde. Quoique le requin du Groenland peut dépasser le requin blanc en longueur, un requin blanc de longueur égale aura jusqu'à deux fois son poids et sa largeur. Un requin blanc mesurant 5,23 m (17,17') a été capturé à l'Île-du-Prince-Édouard en 1983. Son âge a été estimé à 17 ans en se basant sur les bandes de croissance de ses vertèbres.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

DENTITION

Les dents du requin blanc sont larges, triangulaires et dentelées. Les dents de la mâchoire inférieure sont légèrement plus étroites.

 

(Ci-dessous) Côté supérieur et inférieur des mâchoires du requin blanc.

Image : RadCliffe (1916) Bull. Bur. Fish. Circ. 822

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

DISTRIBUTION (PROVINCES MARITIMES ET QUÉBEC)

Le requin blanc possède l'une des plus importantes distributions de tous les requins. Son territoire s'étend des régions subarctiques aux tropiques. Dans l'Atlantique Nord, la distribution du requin blanc s'étend de l'île de Terre-Neuve jusqu'à la Floride. Dans le Saint-Laurent, il a été documenté jusqu'à Rivière-Portneuf, à seulement 40 km à l'est de Les Escoumins, le site de plongée le plus populaire au Québec.

 

Le requin blanc s'aventure régulièrement en eaux peu profondes à la recherche de mammifères marins mais il ne pénètre pas dans les eaux saumâtres ou douces. Ses incursions saisonnières dans les provinces maritimes et au Québec ont normalement lieu de juillet à octobre. Il y a eu 32 observations confirmées ou probables dans le Canada atlantique entre 1874 et 2006, alors qu'il y eut 14 observations en Colombie-Britannique de 1961 à 2006.

VIDÉO : Requin blanc filmé à partir d'un bateau d'observation de baleines à deux kilomètres de St. Andrews, au Nouveau-Brunswick (baie de Passamaquoddy) en 2014.

SAINT-LAURENT : Quoique seulement quatre observations ont été rapportées au Québec, la présence du requin blanc dans le Saint-Laurent n'est pas récente et elle n'est pas uniquement associée aux changements climatiques. D'ailleurs, la protection accrue du requin blanc et des phoques dans l'Atlantique Nord, ainsi que le réchauffement planétaire, pourraient résulter en une augmentation des observations dans les provinces maritimes et au Québec.

 

OBSERVATIONS RECENSÉES ET VÉRIFIÉES PAR LE GEERG. CONTACTEZ-NOUS POUR LES RÉFÉRENCES.


[ ZOOMEZ SUR L'IMAGE PUIS CLIQUEZ SUR LES REQUINS POUR LE DÉTAIL ]

 

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : Le 12 octobre 2016

PROIES

Le requin blanc est un prédateur opportuniste qui mangera à peu près tout ce qu'il trouve sur son chemin, mort ou vivant.

 

CONTENU STOMACAL VÉRIFIÉ

 

Poissons : (Entre autres) Saumon atlantique, merluches, flétan, maquereau, thon, autres requins et raies

 

Mammifères : Cétacés (morts ou vivants) dauphin, marsouin, phoques, otaries

 

Autres : Oiseaux, tortues de mer

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

VIDÉO : Prédation ratée sur un phoque à Monomoy, Cape Cod, filmée par le Massachusetts Division of Marine Fisheries and the Atlantic White Shark Conservancy en 2015.

PRÉDATEURS

Les seuls prédateurs connus du requin blanc sont l'orque (Orcinus orca) et le requin blanc lui-même.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

REPRODUCTION

Il existe peu d'informations sur la reproduction du requin blanc. Il est ovovivipare et il atteint la maturité sexuelle vers l'âge de 15 ans. Quoique la naissance n'ait jamais été observée, la gestation dûrerait environ 14 mois. La femelle a une portée de 2 à 14 petits mesurant entre 100 cm et 165 cm à la naissance.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

ESPÉRANCE DE VIE

Estimée à près de 60 ans.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

ATTAQUES

Les attaques sur les humains attribuées au requin blanc au Canada sont toutes associées à des embarcations dans les Maritimes. Un pêcheur est mort noyé lorsqu'un requin blanc attaqua son dory au large du Cap Breton (Nouvelle-Écosse) en 1953. Aucun plongeur n'a été attaqué par un requin blanc au Canada.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

PÊCHERIES

Aucune. Prises accessoires.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

STATUT

Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC)

 

Grand requin blanc | Carcharodon carcharias | Population de l'Atlantique

Statut : En voie de disparition

Dernier examen ou dernière modification : avril 2006 (Nouvelle)

Présence au Canada : Océan Atlantique

Critères d'évaluation: A2b

 

Justification de la désignation : À l’échelle mondiale, l’espèce est répartie dans les eaux subtropicales et tempérées, mais elle est absente des eaux polaires froides; les populations canadiennes de l’Atlantique et du Pacifique sont donc isolées et sont considérées comme deux unités désignables distinctes. Ce très grand prédateur au sommet de la chaîne alimentaire est rare dans la majeure partie de son aire de répartition, en particulier dans les eaux canadiennes, qui représentent la limite septentrionale de celle-ci. Il existe seulement 32 enregistrements en 132 ans dans les eaux canadiennes de l’Atlantique. Il n’existe aucun renseignement sur la tendance de l’abondance dans les eaux canadiennes de l’Atlantique. Il est estimé que les nombres ont diminué d’environ 80 % en 14 ans (moins d’une génération) dans des régions du nord-ouest de l’océan Atlantique en dehors des eaux canadiennes. L’espèce est très mobile, et il est probable que les individus de l’Atlantique canadien sont des migrateurs saisonniers appartenant à une vaste population du nord-ouest de l’Atlantique; la situation de la population de l’Atlantique canadien est donc considérée comme étant la même que celle de l’ensemble de la population. D’autres facteurs à considérer comprennent la longue durée de génération (~23 ans) et les faibles taux de reproduction (gestation estimée à 14 mois et fécondité moyenne, à sept jeunes nés vivants), qui limitent la capacité de l’espèce à résister aux pertes découlant de l’augmentation du taux de mortalité. Les prises accessoires pendant la pêche pélagique à la palangre est considérée comme étant la cause première de l’augmentation du taux de mortalité.

AUTEUR : Jeffrey Gallant

DERNIÈRE MODIFICATION : 26 février 2016

Groupe d'étude sur les élasmobranches et le requin du Groenland (GEERG)

Observatoire des requins du Québec (ORQ)

Administration : Drummondville, QC

R/V Skalugsuak : Club nautique de Baie-Comeau

Courriel : info@geerg.ca

GEERG © 2016 - TOUS DROITS RÉSERVÉS

OEUVRE DE BIENFAISANCE ENREGISTRÉE

Agence de revenu du Canada : 834462913RR0001

Revenu Québec : 834462913RR0001

Faîtes un don

Canada

International

MEMBRE

Association canadienne pour les sciences subaquatiques